Logo: La Creuse Conseil Général

Bibliothèque départementale de la Creuse

Culture et lecture près de chez vous

Clemencic, René

Compositeur. - Spécialiste de musique ancienne et baroque. - Claveciniste, organiste et flûtiste. - Fondateur de l'ensemble Musica antiqua (1958) et du Clemencic Consort (1969)
                   - Musica antiqua Wien
                   - Clemencic Consort (Vienne)
Concentus novi [Enregistrement sonore] / Johannes Kugelmann, comp. ; Clemencic Consort, ens. voc. et instr. ; René Clemencic, fl. à bec, dir. Arte Nova 74321340562
Baker
Grove 6
Int WWM 1996-1997

Wikipédia


Né dans une famille cosmopolite comportant notamment des ancêtres polonais et hongrois, René Clemencic parle couramment l'allemand, l'italien et le français. Il apprend d'abord le piano et le clavecin, puis la flûte à bec à Nimègue et à Berlin. Il étudie la philosophie, les mathématiques et l'ethnologie, avant de se consacrer à la musique, d'abord à Paris, à la Sorbonne et au Collège de France, puis à l'Université de Vienne, où il a obtenu un doctorat en philosophie.
En 1957, il commence une carrière de virtuose du clavicorde, du clavecin et de la flûte à bec. Il utilise, pour ses concerts, les instruments de sa collection, qui proviennent du monde entier. Il fonde, en 1969, un ensemble de musique ancienne à géométrie variable, le Clemencic Consort, avec lequel il se propose de rendre leur notoriété aux chefs-d'œuvre méconnus du Moyen Âge, de la Renaissance et de la musique baroque, ainsi que de les faire connaître au grand public. Le Clemencic Consort n'utilise que des instruments anciens ou des copies de ces derniers. René Clemencic s'impose immédiatement comme chef d'orchestre, se spécialisant dans l'exécution des œuvres baroques. Il interprète également, avec le Clemencic Consort, des œuvres contemporaines écrites pour instruments anciens. Dans les années 1970, il publie, avec le Clemencic Consort et le vielliste René Zosso, une série d'enregistrements de musiques profanes du Moyen Âge, enregistrements qui vont révolutionner la perception jusqu'alors couramment admise, de la musique de cette époque. Il en montre le caractère joyeux et festif, voire paillard, en opposition avec la vision guindée en vigueur, qui s'appuyait essentiellement sur la musique religieuse (René Clemencic parle à ce sujet, de « puritanisme » et de « cécilianisme »). Il n'oublie cependant pas cette dernière, et propose une interprétation très personnelle des Cantigas de Santa Maria.
Très actif aussi comme compositeur, il a écrit diverses œuvres, représentées plusieurs fois, par le Clemencic Consort ou par d'autres formations orchestrales du monde entier.