Logo: La Creuse Conseil Général

Bibliothèque départementale de la Creuse

Culture et lecture près de chez vous

Frydman, René

Médecin, professeur de médecine spécialisé en gynécologie-obstétrique. - Chef du service de gynécologie-obstétrique-reproduction de l'hôpital Antoine-Béclère de Clamart (en 2003)
Soumoulou (Basses-Pyrénées)
Ma grossesse, mon enfant / R. Frydman, J. Cohen-Solal, 1990
Lettre à une jeune mère / René Frydman, 2003
Internet - http://www.denistouret.net/textes/Frydman.html (2004-07-06)

Wikipédia


Juifs d'origine polonaise, ses parents s'étaient réfugiés dans les Pyrénées pendant la guerre. Fréquentant les mouvements d'extrême-gauche, il milite au sein de l’Union des étudiants communistes (UEC). En 1970, il part pour la Jordanie afin de fournir une assistance médicale aux Palestiniens pendant le Septembre noir. Plus tard, il sera parmi les membres fondateurs de Médecins sans frontières. Il s'engage par la suite dans le Groupe d'information santé et en 1973, il signe le manifeste des 331 médecins avouant avoir pratiqué un avortement.
En 1974, il se spécialise, un peu par défaut. Amandine a été conçue par fécondation in vitro, technique mise au point en France par le biologiste Jacques Testart et ses collaborateurs.
Il accouche le premier bébé issu d'un embryon congelé en 1986.
Ayant dépassé l'âge légal de la retraite, il est aujourd'hui professeur émérite, ce qui lui permet de poursuivre ses recherches, tout particulièrement dans le domaine des « bébés médicaments ». En 2014, il est cité comme témoin dans l'affaire André Hazout, un ancien collègue de l'hôpital Antoine-Béclère.
René Frydman a été membre du Comité consultatif national d'éthique de 1986 à 1990 et de la Commission nationale consultative des droits de l'homme. En 1992, il a été chargé de mission au ministère de la Santé auprès de Bernard Kouchner. Il s'oppose à toute reconnaissance des mères porteuses. Il est convaincu qu’« on ne peut pas légaliser ce recours sans légaliser en même temps une certaine exploitation de la femme ».
En date-|mars 2016, il signe une tribune dans le Monde avec cent-trente médecins et biologistes qui reconnaissent avoir aidé des couples homosexuels à avoir des enfants en infraction avec la loi et s'engage pour l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à ces mêmes couples.
Il est marié à la peintre Monique Frydman dans laquelle il revient sur l'histoire de la première FIV, sa vision de la PMA en France, ses combats et ses projets.
Il apporte son soutien à Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle de 2017, à ses yeux, il s'agit du seul candidat "qui a pris le temps de comprendre les enjeux de la procréation médicalement assistée".
La psychanalyste, Catherine Bergeret-Amselek, a modéré son point de vue sur la PMA dans un débat paru le 20 octobre 2019 dans les Echos (PMA : le devenir des enfants en débat)