Logo: La Creuse Conseil Général

Bibliothèque départementale de la Creuse

Culture et lecture près de chez vous

Roth, Philip

Ecrivain et universitaire
Newark (New Jersey, Etats-Unis)
Goodbye, Colombus / Philip Roth ; traduit de l'anglais par Céline Zins, 1962
Portnoy et son complexe / Philip Roth ; traduit de l'anglais par Henri Robillot, 1970
The Ghost writer / Philip Roth, 1978
The counterlife / Philip Roth, 1986
Un homme / Philip Roth ; traduit de l'américain par Josée Kamoun, 2009
The Philip Roth Society : Official home of the Philip Roth Society, USA - http://rothsociety.org (2011-04-15)
GDEL
The modern library : the two hundred best novels in English since 1950 / Carmen Callil ; Colm Tóibín, 2000
Twentieth-century American-Jewish fiction writers / ed. by Daniel Walden, 1984
Who's who in world Jewry : a biographical dictionary of outstanding Jews / Judith Turk Rosenblatt, editor, 1987
Jewish autobiographies and biographies : an international bibliography of books and dissertations in English / David S. Zubatsky, 1989
Library of Congress Authorities, USA - http://authorities.loc.gov (2011-04-15)
WW, America 2004
Contemporary novelists / ed. D. L. Kirkpatrick ; consulting editor James Vinson, 1986
The Oxford Companion to American Literature / James D. Hart, 1983
Le Monde (article nécrologique), 2018-05-24, p. 14-16
Le Figaro (article nécrologique), p. 28-29
BN Cat. gén. 1960-1969

Wikipédia


Jeunesse et formation


Petit-fils d'immigrés juifs originaires de Galicie arrivés aux États-Unis au tournant du XXe siècle, Philip Roth est le second fils de Bess Finkel (1904-1981) et de Hermann Roth (1901-1989), agent d'assurances à la Metropolitan Life Insurance Company. Il passe une enfance heureuse à Lien|langue=en|trad=Weequahic, Newark, New Jersey|fr=Weequahic, quartier de la petite classe moyenne juive de Newark, qui sera la scène principale d'un grand nombre de ses livres. Après des études à l'université Rutgers de Newark, à l'université Bucknell en Pennsylvanie, puis à l'université de Chicago, il enseigne les lettres à l'université de Chicago, puis l'écriture à l'université de l'Iowa jusqu'au début des années 1960, lorsqu'il s'établit à New York pour se consacrer à l'écriture. Longtemps après, il reprend ses activités d'enseignant de manière intermittente, en littérature comparée, à Princeton et à l'université de Pennsylvanie, jusqu'en 1992.

Débuts littéraires


Les influences les plus fortes sur l'écriture de Philip Roth sont les réalistes du XIXe siècle, particulièrement Henry James et Gustave Flaubert, les grands romanciers juifs-américains de la génération précédente, Saul Bellow et Bernard Malamud, ainsi que les humoristes du circuit des cabarets de New York et des hôtels de Catskill, berceau de l'humour Borscht Belt, où Henny Youngman, Lenny Bruce et autres Woody Allen firent leurs débuts.
Roth publie avec succès un premier recueil de nouvelles, Goodbye, Columbus, en 1959. Dix ans plus tard, il obtient une célébrité phénoménale avec la publication de Portnoy et son complexe, roman comique en forme de monologue d'un jeune avocat juif traumatisé par une mère à l'amour étouffant sur le divan de son psychanalyste. Satires vives et crues des mœurs de la petite bourgeoisie juive-américaine, ces deux livres suscitent la controverse au sein de la communauté juive, et valent à l'auteur d'être considéré comme l'« enfant terrible » du roman juif-américain jusqu'aux années 1990. Roth reviendra avec humour sur les attaques de ses plus virulents détracteurs dans son autobiographie Les Faits, et dans les premiers romans du « cycle Zuckerman », L'Écrivain des ombres, Zuckerman délivré et La Leçon d'anatomie, qui transposent ses débuts d'écrivain par le biais de son double fictionnel de prédilection, Nathan Zuckerman, auteur du scandaleux Carnovsky, qui n'est pas sans faire penser à Portnoy et son complexe.

Années 1970


Au début des années 1970, Roth s'essaie successivement à la satire politique (dans Tricard Dixon et ses copains), à la parodie kafkaïenne (dans Le Sein) et à la fable postmoderniste (dans Le Grand Roman américain), avant de revenir à un registre intimiste, avec Ma vie d'homme (1974), et à l'alliage ambigu d'autobiographie et de fantaisie romanesque qui faisait toute la réussite de Portnoy et son complexe et qui, dans Operation Shylock (1993), puis dans Le Complot contre l'Amérique (2004), l'imposera comme le maître de l'autofiction contemporaine.
Se prenant de passion pour Franz Kafka, il se rend régulièrement à Prague où il se lie aux dissidents et romanciers tchèques, parmi lesquels Milan Kundera et Ivan Klíma, ce qui lui vaut d'être interdit de séjour en Tchécoslovaquie en 1975. L'épisode inspirera l'intrigue de L'Orgie de Prague (1985), et Roth contribuera néanmoins à faire découvrir ces écrivains ainsi que d'autres romanciers d'Europe de l'Est, tel que Bruno Schulz, dans le monde anglophone en tant que directeur de collection pour les éditions Penguin.

Années 1980 et 1990


Jusqu'au milieu des années 1980, Roth partage sa vie entre les États-Unis et Londres, avec sa compagne, l'actrice britannique Claire Bloom (en couple à partir de 1975, ils divorcent en 1994). Il livre les sentiments mêlés que lui inspire la société anglaise dans La Contrevie (1986) et Tromperie, et rédige deux livres autobiographiques, Les Faits, et Patrimoine (1991) qui conte la dernière année de la vie de son père, Herman.
Ayant renoué avec le succès critique et commercial grâce à son livre Le Théâtre de Sabbath (1995), portrait crépusculaire, cocasse et bouleversant d'un vieux marionnettiste nihiliste et lubrique, Roth entame l'une des périodes les plus prolifiques de son œuvre, et lui donne, depuis Pastorale américaine (1997), une inflexion historique, pour se pencher sur quelques-uns des grands moments de crise de la gauche américaine au XXe siècle et l'histoire de l'acculturation des Juifs originaires d'Europe de l'Est aux États-Unis.

Dernières années


En date-|septembre 2012, il annonce, dans une interview du Point, qu'il arrête l'écriture et que Némésis sera son dernier roman. Il le confirme en date-|octobre 2012, lors d'un entretien avec Nelly Kaprièlian pour Les Inrockuptibles.
Il meurt le date-|22 mai 2018, dans un hôpital de New York, à la suite d'une insuffisance cardiaque.